Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs uniques

un compteur pour votre site

Publié par Jeanbatman

http://www.regioactive.de/media/image/new/27/194931/full/img_5214.jpg 
Voici la traduction du billet anglophone de Jean Michel Jarre sur son blog, en date du dimanche 7 mars :

Hier, c’était le cinquième concert de la tournée 2010, après des répétitions générales en Belgique qui se sont relativement bien déroulées, au regard de la quantité de travail fourni.

J’ai beaucoup travaillé sur ce projet pour être le plus proche possible de ce que j’avais à l’esprit depuis quelque temps maintenant. Tout d’abord, j’ai réarrangé les morceaux existants pour les quatre que nous sommes sur scène. J’ai aussi passé pas mal de temps au mixage avec Alain Courieux pour obtenir que chaque partie de la musique que nous jouerions soit aussi claire et précise que possible, et avec Julien et Vincent d’obtenir le meilleur son possible dans nos écouteurs, un ingrédient essentiel pour jouer de la manière la plus naturelle qu’il soit. Ensuite nous avons dur avec Cédric Courieux et Arno pour ajuster notre système de haut-parleurs « L Acoustics » pour chacune des salles. Je me suis entrainé beaucoup, particulièrement sur le solo de Theremin et mes différents solos. Tout cela a été répété en amont avec les musiciens Claude Samard, Francis Rimbert et Dominique Perrier. C’est vraiment ce que je souhaitais, au-delà des aspects techniques de la musique, que tout le monde puisse exprimer l’ensemble des émotions de chacun des morceaux, nos huit mains jouant avec le même ressenti.

L’autre effort particulier de cette tournée était aussi de créer une scénographie qui pourrait transporter la magie de me concerts en extérieur, avec chaque morceau de musique créant son propre univers visuel. Avec Ignace d’Haese, le chef lumière, nous avons conçu des thèmes de couleur spécifique pour le Cyclo sur scène et je lui ai demandé de considérer les instruments sur scène comme des acteurs en train de s’exprimer. J’ai aussi fait le choix d’intégrer des vidéos en toile de fond, tout en évitant tout contenu narratif pour permettre aux gens de laisser la musique construire leur propre histoire dans leur tête. Avec Hugo et Ansar, l’équipe laser, nous avons améliorée la harpe laser et avons imaginé des moyens de mettre le laser sur scène avec une approche 3D. Cela donne une impression d’immersion totale dans le show pour le public, et cela sera particulièrement utile quand il s’agira de filmer le concert en 3D à Strasbourg et à Liège.

Une fois que nous aurons mis la dernière main à ma musique en studio en France, je pourrais me concentrer sur la scénographie en Belgique. Pour la première fois, j’ai décidé d'injecter quelques vidéo live à travers quelques morceaux, de partager quelques close-ups avec le public, comme la manière dont nous jouons avec nos instruments est plutôt «spéciale». Toutes les images en direct sont en noir et blanc de manière intentionnelle pour s’accorder au look vintage des synthétiseurs analogiques et ainsi créer un contraste d’autant plus fort avec le côté high-tech de la scénographie. Peter fait un travail exceptionnel en capturant les meilleurs angles de vues. A cette fin, nous avons disposé huit caméras sur scène, dont une mini caméra que je porte sur mes lunettes pour donner un point de vue «à la première personne».

La dernière répétition générale s’est plutôt bien déroulée ce qui est assez inhabituelle... Puis, nous avons quitté la Belgique pour Katowice en Pologne par bus. En réalité, j’ai demandé à Chris Rowley, notre très bon « General manager », de voyager autant que possible par bus. En ces temps où repères géographiques et distances tendant à devenir plus abstraits du fait des avions et des moyens de communication, c’est une magnifique expérience de traverser les continents par la route... Et j’aime beaucoup cet esprit de communauté et ces moments partagés avec les musiciens, Chris, Pierre, Louis ou Fiona, à boire du saké, à parler des futurs concerts ou à faire de la musique...

Le premier concert à Katowice était excitant grâce au public polonais, toujours chaleureux et cher à mon cœur. Techniquement, nous avons eu les pires problèmes. Cela a été difficile d’installer tout le dispositif à temps, puis quelque chose s’est détraqué dans la console de Julien, et d’un seul coup, le retour dans nos écouteurs était affreux. C’était un cauchemar de jouer avec un tel tohu-bohu dans nos oreilles. Nous savions depuis le début que cette salle serait la plus compliquée de cette tournée... Mais, une nouvelle fois, le public fut formidable et nous a donné l’énergie de nous battre.

Pendant notre journée de repos, nous avons décidé de visiter Auschwitz, qui ne se trouve qu’à vingt kilomètres de Katowice. J’ai pensé beaucoup à ma mère, une grand figure de la Résistance. Elle a été attrapée trois fois par les Allemands, et a été envoyée à Ravensbruck, un autre effroyable camp de déportation.
Tout a été dit déjà à propos des camps, mais quand vous vous y trouvez vous-même, cela dépasse les mots. La chose qui me frappe le plus c’est la capacité de certains être humains d’être si mécaniquement, massivement et irrationnellement destructeurs. C’est quelque chose que chaque adolescent se doit de voir. Vous vous sentez malade après cela... Merci mère de m’avoir enseigné la tolérance après tout ce que tu as traversé.

Ensuite, nous avons commencé la partie allemande de notre tournée à Braunschweig. Cette deuxième représentation s’est fort mieux déroulée, plus au moins au même niveau de qualité que la répétition générale.
Hambourg a été la première grande ville sur notre chemin, avec beaucoup de journalistes, plus mon agent Paul Charles et le promoteur français, Gérard Drouot...
C’était beaucoup mieux réglé cette fois, le show commençant à sonner comme je le souhaitais, même si de légers défauts visuels restaient à améliorer. Je suis certain que Paul et Gérard comprennent ce que je vise pour ce projet...

Nous sommes partis pour Berlin, une ville toujours exigeante comme peuvent l’être toutes les capitales du Monde. Nous seulement c’est une capitale des musiques électronique et classique, mais elle a aussi été le cœur culturel de l’Europe depuis des siècles... C’est toujours quelque chose de jouer à Berlin.
Fort heureusement, le concert s’est très bien déroulé, le public était si magnifique, un mélange de jeunes musiciens, de gens fermant les yeux pour se centrer sur la musique, de filles qui dansent, d’autres qui prennent des photos. Ils étaient tous si enthousiastes, ce fut un formidable encouragement pour nous tous...

Hier soir c’était jour de concert à Oberhausen. Je pense que pour la première fois, nous avons produit ce que nous avions à l’esprit, toute la semaine nous avions faits les quelques ajustements sur scène et visuellement et au résultat, ce fut une réaction sensationnelle de la part des spectateurs.
Tout le monde s’est mis debout pendant les 45 dernières minutes, et transmis une telle énergie à la scène que tout e monde est devenu vraiment fou.

J’espère que je pourrai maintenir ce niveau de qualité la semaine prochaine et même l’améliorer encore. Puis, quand j’aurais le sentiment que nous «tenons» notre spectacle, je serai en mesure d’introduire de nouveaux morceaux, mais nos avons besoin pour cela en préalable que chacun dans l’équipe se sente en complets contrôle et confiance.

Prochaine étape Stuttgart... Restez à l’écoute !
> Lire aussi : Le billet de Francis Rimbert (l'un des trois musiciens de JMJ) sur son blog.
> Et également :
La tournée 2010 côté technique

Commenter cet article

David/serialmaquetteur/Débé 10/03/2010 23:38


Son compte-rendu nous met l'eau à la bouche     Vivement la semaine prochaine !!