Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs uniques

un compteur pour votre site

Publié par Jeanbatman

 

Ce concert au Zénith de Lille restera comme un superbe souvenir pour moi, comme j’ai cru le lire sur les visages, pour la majorité du public. Samedi 16 octobre 2010, Jean Michel Jarre et ses trois camarades musiciens ont livré une prestation en tout point remarquable, devant une salle quasi-pleine. Seuls les rangs du parterre se sont décalés pour combler un vide de 2 rangs et une partie de la tribune haute de gauche était clairsemée. Le public était véritablement de tout âge. Certains avaient l’âge de Jean Michel lui-même voire plus. Choses vues avant le concert, de jeunes enfants accompagnaient leurs parents, tandis que des personnes plus âgées s’achetaient la sacoche Equinoxe disponible en boutique. En somme, un brassage totalement inédit pour de l’électronique, de trois générations de fans, assez également réparties.

En ce mois d’octobre, dans le public fleurissaient les T-shirts <2010>, mais aussi Oxygène, Les Concerts en Chine. Sur le parterre, les fans jaugeaient déjà du degré de sévérité des « stewards » avec leur brassards, dont le rôle de rabat-joie quand il s’agit de se lever pour mieux exister et exprimer sa joie dans cette belle salle n’est plus à démontrer. Comme dans d’autres dates (Rouen était l’illustration la veille), les consignes de sécurité n’ont pas permis, comme je l’ai vécu à Bruxelles par exemple, aux lasers de descendre sur le public des tribunes hautes. Qu’à cela ne tienne, l’effet 3D voulu était là, par la grâce des angles choisis, faisant même oublier le plafond de ce Zénith.

Mais retour au concert. A 20 heures pile, des clameurs montaient du public, comme des vagues d’impatience successive, tandis que Patrick Pelamourges, le fidèle technicien studio de Jean Michel faisait des derniers tests sons sur le synthétiseur ARP de Jean Michel. Finalement, au bout d’un moment, Jean Michel apparaissait dans un faisceau de poursuite au beau milieu du gradin, suscitant une belle émotion dans le public. Puis, prenant l’escalier, il se faufilait à travers le parterre pour monter sur scène dans un tonnerre d’applaudissements. Et après avoir salué Lille, il entamait Oxygène 2 alors que l’écran géant derrière lui se déployait dans toute sa largeur. Lorsque l’animation du Moog géant apparu, le public tout entier ne pu contenir une clameur d’admiration.

Cette communion avec le public lillois a beaucoup touché Jean Michel, qui a été, comme à son habitude, vif, souriant et investi d’une manière passionnée par ce qu’il jouait – du début à la fin. Et surtout, il a été disponible pour les fans à la sortie du concert. Pour cela, on peut le remercier, ainsi que Claude, Francis et Jérôme, les autres stars de cette soirée. Tout le concert durant, Jean Michel, tour à tour pointant le ciel avec son index ou demandant au public de l’encourager plus fort, a fait plaisir à voir – et à entendre. Sa prestation, que ce soit à la harpe laser, au clavier portable, à l’accordéon, au Theremin (quoique dans ce dernier cas le jugement était plus prudent) a vraiment été belle, généreuse. Les images rapprochées du visage de Jean Michel sur Oxygène 5 soulignait des yeux fermés, une intériorité totale qui se focalisait sur l’instrument.

Le répertoire était connu d’avance pour qui lisait ce blog par exemple, c’est-à-dire, pour l’essentiel, un best-of qui faisait la part aux quatre gros albums, Oxygène, Equinoxe, Rendez-vous, Chronologie. En ne lésinant pas sur les morceaux au format plutôt longs, parfois très lent (comme Souvenir de Chine), Jarre donnait un rythme difficile à lire sur le court terme. Mais, dès les premières notes des Chants magnétiques II, d'Equinoxe 4 et encore plus Rendez-vous IV, le public battait la mesure avec énergie.

Seul changement constaté, l’inversion lors du premier rappel d’Oxygène 12 et Oxygène 4, qui retardait d’autant le morceau-phare attendu par tous. Ce type d’inversion, nous dira Francis plus tard, serait sans doute amené à se reproduire lors de futurs concerts, en accord avec l’équipe lumière, qui synchronise le tout avec une précision de métronome.

Le mérite de cette track-list, au-delà de son réservoir de tubes, était de montrer toute l’étendue de la palette émotionnelle de la musique électronique, qui allait du surnaturel vertigineux (Variation III et son côté Savant Fou) au souffle épique (Rendez-vous II et son cortège de sons orchestraux). Les compteurs « effrayants » du thème Statistics Adagio provoquaient des messes basses, tandis que le public restait interdit devant les premières notes de la harpe laser, rendue encore plus live par de petites impros sur Rendez-vous III.

Côté accompagnateurs, à gauche de JMJ, Francis Rimbert accomplissait son travail de séquenceur humain (Equinoxe 5, non mais ne me dites pas que c’est réel ces descentes de clavier), Claude Samard (qui est souvent de biais par rapport au public) donnait les instructions pour chaque moment-clé du concert dans son micro-caque, tandis que Jérôme Guegen, dernier entrée dans la Jarre Team, faisait sauter le toit du Zénith avec un solo « stratosphérique » de Chronologie 2.

Mais le moment le plus fort de cette soirée fut l'interprétation superbe de Rendez-vous II (voir vidéo plus haut). C'était grandiose !

A la fin de cette soirée magique, Jean Michel Jarre demanda au public de brandir ses briquets et autres téléphone portables pour effectuer un geste d’au revoir à la fois pour la troupe et les gens qui verraient des extraits du concert reprises sur Internet. Et c’est ainsi sur le dernier morceau, Calypso 3, briquets et téléphones portables au bout du bras saluèrent l’ultime performance, calqués sur les indications de Jean Michel, qui faisaient de larges mouvements du bras. Le concert se termina donc dans un climat de sérénité et de bonheur mêlés.

Quelques heures après la fin du concert, Jean Michel Jarre fit l’honneur aux fans restés dans le froid devant la grille de la sortie des artistes de descendre de son bus (malgré les déclarations contraires des vigiles) et de signer une masse de photographies, de billets de concert et autres 33 tours rares tout en se prêtant aux photos posées à côté de tel ou tel. Jean Michel a déclaré qu’il avait des projets pour l’extérieur en France l’année prochaine. Une bonne manière de garder le suspense sur la suite de cette chevauchée fantastique <2010>.

Merci Jean Michel et merci à tous les fans de Jean Michel Jarre de renouveler leur fidélité, l’un à son public du Nord, les autres à leur passion qui défie le temps et les modes et donne du sens au travail des bloggeurs comme moi.

Commenter cet article

Joseph 18/10/2010 19:53



Bravo pour cet article brillant et écrit à une vitesse surnaturelle !


Content de t'avoir rencontré à cette occasion... et à une prochaine !



ménard dany 18/10/2010 18:24



excellent résumé de cette soirée, qui était une première pour moi.


 


j'ai adoré ce concert, et, même si j'ai "triché" en parcourant ton site pour voir la tracklist, youtube pour des extraits videos, etc.... j'ai réussi à être surpris sur chaque piste, tellement
c'était grandiose.


 


j'ai trouvé les interprétations fluides, sans couac, très improvisé cependant parfois (à cette harpe laser sur rv2 et 3) et magique: merci jerôme guegen, juste en face de moi (parterre P4 , E26)
pour les soli dans chrono2 et lcm2!!!


les percussions (surtout les timbales dans rv2) de claude samard et les sequences de francis rimbert étaient grandioses.


ajoutons à celà les sourires des 4 executants, grâce à la bonne ambiance de notre capitale régionale (un peu de chauvinisme régional!!!), bref que du BONHEUR!!


 



laurent 18/10/2010 05:18



Très bon résumé de la soirée. Pour ma part, j'ai au premier rang dans la tribune haute face à la scène : 2 heures de pur bonheur... Je n'ai pas eu l'idée JM à la fin du concert, mais pour Lyon,
Amnéville ou Dijon, je ferai l'effort d'approcher mon idole musicale...



jipé 17/10/2010 23:25



C'est fou, qu'est ce qu'il me reste à faire moi ? superbement bien écrit...J'me demande si j'ai quelque chose à rajouter à ça...



Laurent (Vintage 13) 17/10/2010 20:25



Merci pour ton super compte rendu , il y avait des caméras 3D pour la captation ou pas finalement ?